Xulhuit

Mis en avant

xulhuit

La huitième édition de Xul se déroulera samedi 4 mars 2017 de 14h à minuit au 108 – Maison Bourgogne d’Orléans.
La foire d’empoigne de l’art contemporain reprend du service avec une multitude de propositions aux esthétiques diverses et variées.
Voici le programme :

Les expositions

1100 abris de Philippe Coudert : structure igloo avec couverture réversible été/hiver.
2,432 giga hertz, b01 : release de son premier album.
À la découverte de l’origine géographique de Xul de Thomas Charmetant. Vidéo (sonore) installée.
Affichez-Vous de Hugues Anhes : installations photographiques superposées et déchirées.
Agglor, monnaie locale complémentaire du Collectif pour la libération de la monnaie : atelier de fabrication d’Agglor, exposition d’agglors, et témoignages.
Antique Bold de Sandra Gaillardon : projection vidéo (cour),
Art Brut et Cetera de Ségolène Garnier, (BOL),
Brûle ton école, fils. Brûle ton école de Philippe Coudert : installation / sculpture.
Caricatures de Marion Combelas : présentation de caricatures et dessin sur place.
Creux, cavité, grotte de Florence Ponceau : tirages de photos argentiques,
Cristallisation de Sophie Carles : projection de photographies,
DÉ{S}TOURS, vadrouille d’Henris, de Marlen Bertoux, Ba{s}arts : montage photographique.
Dispositif d’immersion bio-acoustique qui fait tsss tsss de Chloé Lequette : installation sonore.
Dreamhunter (Part I) de Mazza Vision : film expérimental,
Double stylite de Sébastien Hoëltzener & Yves Duranthon : présentation d’un projet de performance en extérieur, au croisement du rail de l’aérotrain et de l’autoroute A19.
Exkis, de Simon Deplat + friends : pliages et poésie (salle D1)
– Générique de Olivier Morvan : projection monumentale. (cour)
Japan VR de Julien Weiss et Brice Kaptur : expo photo en Réalité Virtuelle, (salle D4),
Je baille donc tu bailles de Nocturne : table de bâillement.
Fantômes ? de Shoï Extrasystole, Christophe Moreau : installation plastique et sonore,
Jean Michel Genre de Mitoufflon : sculpture sonore,
Keep it together de Ursula Philpott : installation interactive sonore,
Larme rouge de Anton Mobin : sculpture sonore,
Lettrages mûrs de Jérôme Lopé : Lettrages en volume, (salle des paras),
L’évier de Sandrine Leturcq : diptyque de courts-métrages, (salle des paras),
Le pendule à Gaziel : installation sonore et tellurique,
Le futur Orléans, c’était mieux avant de les archives du Loiret,
Lutherie Expérimentale de Anton Mobin (Polysonic),
Méduse 2.0 d’Olivier Morvan : dessin (salle de danse),
Palmyre de Pierre Feller : vidéo en images de synthèse, tramée et aux couleurs indexées,
Poulpésie de Chloé Lequette : dessins,
SIMPLE PROJET 2000-2016 // Réactivation n°10 de un projet / http://un-projet.net/simple/simple%2001.html. Structure, modulaire, architectonique réalisée in situ à chaque fois construite et détruite selon un même principe. (BOL)
So fresco de BB&C (Énora, Bam, Koye) : fresque et hauts-reliefs. (couloir 3ème)
[SurExpositions-Phase I] – Vous cherchez quelque chose ? de Raymond Duval (JLB)
[SurExpositions-Phase II] – Cadre de vie de Raymond Duval (JLB)
[SurExpositions-Phase II] Cadracravate de Raymond Duval (JLB)
– Sans titre pour l’instant de Camille Legriffon : structure modulaire (BOL)
– Sans titre pour l’instant de Natalia Loubet-Shilovskikh,
– Sans titre pour l’instant de Buzz : huiles sur toiles
– Sélection de jeux vidéo indépendants / alternatifs : Xavier.
– Sans titre pour l’instant d’01livier B.
– Sans titre pour l’instant d’Ale.

Perfomances

RÍO, ateliers vendredi après-midi, samedi matin et performance samedi à avec Katyhuska Robinson
– 14h : Renaissance de Marine Pellerin : solo de danse (D3),
Refused Party Program avec Yel fox (danse), Christine Desfeuillet (danse), Emeline Graizeau (violoncelle), Géraldine Moskovik (violon), Marcello Moskovik (batterie), Victor Jorge (basse) : Punk Hardcore contemporain pour adpater le titre Tannhäuser / Derivè tiré du mytique album « the shape of punk to come » de Refused. (Esad-D3)
Psycho Turick : concert pour une personne (cagibi du 3ème étage).
TRICASTIN de Tricastin Crinon et P.Coudert à l’orgue : performance musicale physique arrogante! (à définir),
Hollistic Music, de Notone : espace d’initiation à la méditation et musique improvisée (salle de Capoeira),
– 18h : Crash Duo de Anton Mobin et Ayato (salle de danse),
– Performance sonore de Laurent Bellefleur (109)
– 17 h : vernissage de l’Exposition interactive de Lutherie Expérimentale de Anton Mobin à Polysonic,
DJ TRICASTIN, Bastien Crinon : Dj set
– 21-22h : La terre est plate : tour du monde en vinyles (scène ghetto)
– 21h-21h50 Peristance, concert de Nocturne,
– 21h30 : Avant la neige, Christine Desfeuillet et Mathias Sten : poésie, musique et danse (D3)
– 22h- 23h30 Abbrumer : live techno (scène ghetto).
– 23h30 – minuit : Albert Chill Out  dj (scène ghetto).
– 22h-minuit : DAT POLITICS DJ (RANDOM NOIZE/SUB ROSA) (Garage).

Merci au 108, à l’Aseiqo et à l’Esad pour la mise à disposition de leurs salles.
Merci à la Labomedia pour le support administratif et technique.
Merci au CCNO pour le prêt des lumières.

 

//
Organisation interne (mais transparente)
Logistique pour xulhuit (bar, cuisine, budget)
Fiche technique pour xulhuit (répartition par salle)

 

Antique Bold, Sandra Gaillardon

Projection vidéo
Dimensions variables, installation in-situ
2016


La vision hypnagogique des deux visages s’installe.
Figés tels les acteurs d’un jeu de carte,
Face à face et suivant la rotation de l’aiguille des secondes.
L’action lancinante suscite à la contemplation.
Lubie ou réalité du temps?
Cette figure antique n’est pas sans rappeler les vestiges d’une mélancolie contemporaine.

Lien vers le site de Sandra

Exkis, Simon Deplat

Exkis est un monde de papier étrange qui fleurit dans les contrées ligériennes, essaimant de fragiles édifices derrière son sillage. Qui saurait dire où il va ?

Matériaux : papier, colle, texture, nylon (guitare), alphabet, fil(s), ainsi que tous ceux oubliés.

Idées : DIY, techne, écologie, faire, savoir, savoir-faire, faire-savoir, raivosfaire, etc…

Persistance/Résistance, Nocturne

Nouveau concert.
Nocturne [industrial/angst wave]

Saphi est l’origine de Nocturne et débute ses premières expériences analogiques et industrieuses en 1994. Ses préoccupations premières furent la notion de choix et de libre arbitre. Face à une situation donnée nous devons trouver une attitude qui puisse nous permettre de tenir. Mais notre logique biologique se distingue de la logique sociale, et notre opposition intérieure va parfois à l’encontre de ce que nous sommes réellement ou souhaiterions être. C’est dans l’intimité du raisonnement où naissent les premiers conflits avant leurs extensions possibles que Nocturne oscille.

Il est rejoint depuis par Cécile F., Ils sont désormais deux à œuvrer entre noise rythmique et électronique sombre, instruments acoustiques et machinerie, chant et chuchotements. Les textes sont des chroniques d’humeur, des états d’âme et des voix intérieures enfin délivrées. Du bruit parmi nous dans l’incohérence qui nous rend fou.

..Nous détruirons tout, même nos ruines, parce qu’il n’y a rien que nous ne voudrions point détruire…

Lieu : Garage
Heure : 21h – 21h50
(Durée 50 min)

Lien vers Nocturne

DÉ{S}TOURS, vadrouille d’Henris, Marlen Bertoux, Ba{s}arts

Montage Photographique, dédale de voyages
Henris, c’est le petit Ricoh GR que je traine dans ma poche.
Pratique, il me permet de prendre qq clichés sans être vu.

Technique : Photo, collage / bidouillage.
Emprise au sol : Aucune idée pour le moment, mais je m’impose un format raisin gd max en surface.
Besoin techniques : 1 lumière