ART for A.I., Sammy Engramer

DOSSIER DE PRESSE LITTÉRAIRE sur ma participation en retard à la manifestation XUL VII du 3 et 4 mars 2018 au 108 rue de Bourgogne  à Orléans (France).

Après des messes diffusées sur Internet en streaming, ou la distribution d’un confessionnal virtuel sous la forme d’une application téléchargeable, nous exploitons
désormais des prêtres robotisés récitant des sutras bouddhiques.
Sans aucun doute, l’innovation technique et numérique est au cœur de la transcendance religieuse.
D’un autre coté, et aux antipodes du spirituel médiatique, les techniciens du futur proposent également des robots sexuels capables de satisfaire les pulsions (éventuellement violentes) de leurs partenaires humains, comme d’enregistrer toutes les spécificités culturelles et familiales d’un client en particulier.

Accéder à l’au-delà par la prière numérique comme libérer ses pulsions onanistes dans un automate nous dessanglent de notre condition durant quelques instants. L’empathie que nous entretenons avec la machine traduit le profond désir de tromper la mort, la grande comme la petite. Il reste à savoir pourquoi les créations techniques accompagnent à ce point les besoins métaphysiques et sexuels des hommes ?

(Lisez donc la suite en téléchargeant le fameux DOSSIER DE PRESSE LITTÉRAIRE)